Le Figaro : "Frédérique Dumas, une productrice multi-oscarisée au Palais Bourbon" - Mi2 Avocats

Le Figaro : « Frédérique Dumas, une productrice multi-oscarisée au Palais Bourbon »

Le Figaro : « Frédérique Dumas, une productrice multi-oscarisée au Palais Bourbon »
3 juillet 2017 pierre

Avec la productrice notamment de The Artist et Timbuktu, le septième art et l’industrie de la musique ont une interlocutrice de choix à l’Assemblée Nationale

Du petit groupe qui conseillait Emmanuel Macron pour la Culture pendant la campagne présidentielle, Frédérique Dumas est la seule à avoir attendu son heure. Marc Schwartz dirige le cabinet de Françoise Nyssen, rue de Valois. Claudia Ferrazzi a été nommée à l’Élysée comme conseillère Culture du président. Élue députée avec 61,36% des voix dans les Hauts-de-Seine face à Georges Siffredi (LR), Frédérique Dumas, 54 ans, est finalement vice-présidente de la commission des affaires culturelles à l’Assemblée Nationale.

Sa force, «c’est d’avoir mené de front le cinéma et la politique», souligne le producteur Dominique Boutonnat avec qui elle a travaillé sur de nombreux films dont The Artist. «Elle est l’une des rares à avoir un pied dans l’imaginaire et l’autre dans la réalité», ajoute le cinéaste et écrivain Atiq Rahimi. Et ce, avec «le sens de l’intérêt général», renchérit Pascal Rogard, directeur général de la SACD .

Adjointe au maire Patrick Devedjian, chargée des Affaires culturelles à Antony (92), Frédérique Dumas a démarré auprès de François Léotard, au ministère de la Culture, au milieu des années 80. Elle fut ensuite porte-parole culture de l’UDI et secrétaire national pour l’audiovisuel et le cinéma, se battant pour l’exception culturelle française. Plus récemment, elle était à la tête de la commission culture de la Région Ile-de-France, avant de se brouiller avec sa présidente Valérie Pécresse, autour du budget. Elle qui a aussi planché sur la culture pour François Fillon, a si peu apprécié son discours «Sens Commun» à Sablé-sur-Sarthe, le 28 août 2016, qu’elle est partie.

Inga, le nom de sa société de production est un hommage à la déesse celte du renouveau.

Connue pour dire ce qu’elle pense, souvent têtue et toujours fidèle à ses convictions, Frédérique Dumas a un caractère entier. Elle fait partie de ces personnes qu’on adore ou qu’on déteste. Une partie de sa carrière est un champ de tir. Quelques semaines plus tard après sa rupture avec Valérie Pécresse et François Fillon, elle rejoignait le comité politique d’En Marche!, un esprit qui ne pouvait que lui plaire: Inga, le nom de sa société de production est un hommage à la déesse celte du renouveau.

Pour l’industrie du cinéma qui compte déjà de précieux relais au cabinet du ministre de la culture et à Matignon, la nomination de Frédérique Dumas est une excellente nouvelle. L’industrie de la musique aussi l’apprécie. Soignant son réseau politique, Luc Besson sera le premier à applaudir. Frédérique Dumas a ses bureaux chez lui au nord de Paris, à la Cité du Cinéma. Le tycoon fait même fait coup double puisque Françoise Nyssen a siégé à son conseil d’administration.

Productrice depuis vingt-cinq ans, Frédérique Dumas a travaillé sur une longue liste de films prestigieux, de Timbuktu d’Abderrhamana Sissako, à Sils Maria d’Olivier Assayas, en passant parThe Artist de Michel Hazanavicius sans oublier Welcome de Philippe Lioret et Gainsbourg de Joann Sfar. Un line-up comme on dit dans le jargon du cinéma marqué par beaucoup de films exigeants comme Poulet aux prunes de Marjane Satrapi et La pirogue de Moussa Touré, où l’on retrouve son goût politique pour la diversité culturelle. Un goût qu’elle applique aussi sur le terrain.

«En Afghanistan, elle a piloté la reconstruction d’une salle de cinéma détruite par la guerre civile à Kaboul suivi par la création d’un cinéma itinérant dans le pays», se souvient Atiq Ramihi. Un penchant qui ne rime pas toujours avec rentabilité et qui, cumulé avec son caractère, lui a valu un licenciement fracassant en 2014 de son poste de directrice de Studio 37, la branche cinéma d’Orange. Défendue par Thibault de Montbrial, Frédérique Dumas a attaqué Christine Albanel et Stéphane Richard en justice. Un accord assorti d’une solide clause de confidentialité a depuis été trouvé.

Voici ses 5 dates clé:

18 mai 1963: naissance à Paris

1986: conseillère de François Léotard au ministère de la culture

2011: Oscar du meilleur film étranger pour No man’s land de Danis Tanovic

2012: cinq Oscars, 6 Césars, 3 Golden Globes et 7 Baftas pour The Artist de Michel Hazanavicius

2016: rejoint le Comité politique d’En Marche!

2017: élue députée à 61,36% des voix dans Les Hauts-de-Seine

Source

 

Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+email hidden; JavaScript is required