Le Point : "Menaces de mort contre Lydia Guirous : un homme jugé vendredi" - Mi2 Avocats

Le Point : « Menaces de mort contre Lydia Guirous : un homme jugé vendredi »

Le Point : « Menaces de mort contre Lydia Guirous : un homme jugé vendredi »
28 septembre 2017 pierre

Sohaib L., 21 ans, est poursuivi pour avoir diffusé des messages de haine contre l’ancienne porte-parole des Républicains.

Sur les réseaux sociaux, les messages haineux à l’endroit de Lydia Guirous, celle que Nicolas Sarkozy avait catapultée porte-parole des Républicains en juin 2015,étaient devenus une habitude. Le parquet de Paris a décidé de sévir. Le 15 mars 2016, sous couvert d’anonymat, un utilisateur de Twitter publiait en effet un message particulièrement virulent : « Je mets un billet sur la tête de celui qui fera taire cette conne de Lydia Guirous. »

Quelques semaines plus tard, les menaces devenant récurrentes, Lydia Guirous décide de porter plainte par la voie de son avocat, Me Thibault de Montbrial. Le réseau social coopère avec les enquêteurs, et ces derniers remontent l’adresse IP de l’internaute, qui se trouve être Sohaib L., 21 ans, un chauffeur-livreur des Hauts-de-Seine, connu des services de police pour divers délits de droit commun.

« Ces messages sont insupportables », Lydia Guirous

Interrogé, le suspect reconnaît qu’il s’agit bien de son compte Twitter, mais affirme qu’il s’agissait de paroles en l’air, qu’il n’avait pas l’intention de s’en prendre à l’essayiste. Les policiers s’intéressent cependant à des messages supprimés quelques jours avant son audition, dans lesquels le suspect montre des signes de radicalisation. L’homme semble se réjouir du crash d’un avion russe en décembre 2016 : « Notre cadeau de Noël », écrivait-il. Dans une autre publication, Sohaib L. s’en prend à la France : « La misère de la nudité, de la perversion, et de la débauche. »

Le parquet a considéré que les charges étaient suffisantes pour citer l’homme à comparaître le vendredi 29 septembre 2017 à 9 heures, devant la 28e chambre du tribunal correctionnel de Paris. « Ces messages sont insupportables, fait savoir Lydia Guirous, par la voie de son avocat. Mais il ne faut pas céder à ceux qui veulent faire taire les opposants à la progression de l’islamisme. » Contacté par Le Point, Me Thibault de Montbrial réagit lui aussi : « Cette affaire illustre les tensions souterraines qui touchent les gens qui s’élèvent contre l’islam radical. Ce genre de messages publics sont une incitation au passage à l’acte. »

Des prises de positions qui lui valent de nombreux ennemis

Depuis la publication en 2014 de son livre Allah est grand, la République aussi, un « pamphlet brûlant contre tous les communautaristes », selon la définition qu’en donne son éditeur, JC Lattès, Lydia Guirous était en effet devenue une cible sur les réseaux sociaux. Ses positions publiques contre le port du voile à l’université et contre les repas de substitution dans les cantines, en tant que secrétaire nationale chargée des valeurs de la République et des questions de laïcité, lui avaient attiré de nombreux ennemis. Son dernier ouvrage, Ça n’a rien à voir avec l’islam ? Face à l’islamisme réveillons-nous, réveillez-vous, paru jeudi 28 septembre aux éditions Plon, pourrait lui en valoir de nouveaux.

Source

Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+email hidden; JavaScript is required