Entre Partouche et la police des jeux, rien ne va plus - L'Express - Mi2 Avocats

Entre Partouche et la police des jeux, rien ne va plus – L’Express

Entre Partouche et la police des jeux, rien ne va plus – L’Express
17 octobre 2018 pierre
Table de juex

Le groupe de casinos Partouche et le patron du Service central des courses et jeux règlent leurs comptes au tribunal.

Une descente de police spectaculaire dans un casino, sous l’oeil attentif d’une caméra de M6 opportunément positionnée sur les lieux. Des informations contradictoires, un cours de Bourse qui dévisse, 65 millions d’euros de capitalisation qui s’évaporent en une journée… Et des relations qui se tendent entre le second acteur français du marché et le Service central des courses et jeux (SCCJ)… C’est l’affaire peu banale d’un casinotier qui attaque – et sur deux fronts – le patron du service chargé de sa régulation. Tout cela au beau milieu d’une enquête judiciaire.

Plainte pour diffamation et violation du secret

Tout commence à Cannes dans la nuit du samedi au dimanche 11 mars. Une trentaine de policiers s’invite au 3.14, luxueux hôtel Partouche dont les premiers niveaux abritent, en retrait de la Croisette, le casino emblématique du groupe. Leur cible : trois salons dévolus au poker et à sa variante, le Omaha, qui seraient en infraction avec la réglementation. Leurs investigations débouchent sur des gardes à vue, à l’issue desquelles deux dirigeants du casino seront notamment mis en examen pour abus de biens sociaux au détriment de l’établissement, qui s’est constitué partie civile.

LIRE AUSSI >> Beauvau, tripot et bandits manchots

Mais les dirigeants du groupe et du casino n’apprécient pas le battage médiatique qui entoure la descente de police, ils tombent même de leur chaise en découvrant la semaine suivante une interview donnée par le commissaire Philippe Ménard, patron du SCCJ, sur l’antenne de la radio France Bleu Azur. Ils déposent alors deux plaintes. La première, contre X, pour violation du secret de l’instruction, est instruite au parquet de Nanterre. Le groupe Partouche soupçonne les services de police d’avoir “tuyauté” le journaliste de M6 présent sur les lieux de la perquisition, contribuant à donner une résonance nationale à l’affaire. La seconde prend la forme d’une citation directe en diffamation, délivrée personnellement à Philippe Ménard.

C’est ainsi que se présentait, ce mardi, l’intransigeant patron du SCCJ à la barre de la 17e chambre correctionnelle du nouveau Palais de justice de Paris. Il doit répondre de sa communication au lendemain de la perquisition, et particulièrement de cette interview diffusée par France Bleu – également poursuivie en diffamation -, dans laquelle il évoque des détournements de recettes et n’exclut pas une fermeture administrative.

Pressés d’en découdre

Deux plaintes qui surviennent en pleine enquête du SCCJ sur des soupçons de fraude et d’abus de biens sociaux. La situation est inconfortable pour Philippe Ménard, à la demande duquel le calendrier judiciaire a été sensiblement accéléré. “D’ordinaire, il n’est pas rare qu’il faille une année pour passer de la plainte à la 17e chambre” (qui veille au respect de la loi sur la liberté de la presse et les principes de la diffamation), expose l’avocate du groupe Partouche, Julia Minkowski. Oui mais voilà, comment diriger sereinement une enquête quand on est soi-même poursuivi en justice par sa cible ?

Deux affaires seulement étaient jugées ce mardi, et avant l’audience, les deux parties espéraient passer en premier, apparemment pressées d’en découdre. “C’est peut-être le seul point sur lequel on va s’accorder”, glissait dans un sourire l’avocat de Philippe Ménard, Thibault de Montbrial, à ses homologues. Mais à l’issue de quatre heures d’audience, du fond de l’affaire – en l’occurrence la diffamation supposée -, on aura finalement très peu parlé. C’est le contexte qui a accaparé les débats. Celui de l’enquête judiciaire bien sûr, mais surtout celui des rapports contrariés entre le casinotier et le Service central des courses et jeux. Une relation qui s’est dégradée au fil des derniers mois au point que, dans sa plainte, le groupe Partouche – représenté à l’audience par le président de son directoire, Fabrice Paire – et son avocate se posent ouvertement la question de “l’intention de nuire”.

D’abord chacun à un bout de la salle, Paire et Ménard se retrouvent presque côte à côte, seulement séparés par l’allée centrale à l’ouverture de l’audience. Ils ne se regardent pas, ne se saluent pas, pourtant ils se connaissent parfaitement. Mais comme le révéleront les débats, ce n’est pas une allée, c’est un rift qui sépare les deux hommes.

“Je ne voulais pas mettre d’huile sur le feu”

Les journalistes, ce ne sont pas ses copains, affirme Ménard à la barre. La publicité faite autour des enquêtes ? Elle fait peser “un énorme risque sur l’issue des investigations”, estime le commissaire, citant en exemple les fuites récentes dans l’affaire du match PSG-Etoile Rouge de Belgrade. Comprendre : elles ne sont surement pas de son fait, ni pour ce qui occupe le groupe Partouche, ni pour aucune de ses enquêtes. Le policier déplore d’ailleurs les mauvaises informations sorties dans la presse, notamment sous l’impulsion de l’AFP. Sur France Bleu, Ménard voulait simplement “faire de la pédagogie” sur le travail de son service. “Je n’ai rien de particulier contre Partouche, je ne voulais pas mettre d’huile sur le feu, contrairement a ce que suggère le groupe.”

En creux, au fil de ses réponses, Philippe Ménard dessine la relation manifestement tendue de longue date, entre son service et le groupe de casinos. “J’ai été surpris de la violence de cette attaque (la plainte) contre moi”, poursuit Ménard devant les magistrats. “Et je nie avoir une dent contre Partouche, même si je ne peux pas les empêcher de penser le contraire”, expose le gradé, qui assume représenter “un corps de contrôleurs” mais revendique son “impartialité”.

Fabrice Paire lui, n’en démord pas : “Je pense que les enquêteurs se sont saisis d’une affaire qui relève d’une pure construction intellectuelle“. Les chefs de l’enquête ouverte lui semblent démesurés mais surtout, puisque c’est le sujet du jour, il voit dans les propos tenus dans la presse par Philippe Ménard le signe d’une animosité personnelle. “Nous acceptons d’être sous contrôle, mais il y a des manières de faire”, estime-t-il. “Tout aurait pu se passer de manière apaisée, mais le SCCJ a choisi une perquisition coup de poing, un soir de grande affluence”, déplore le dirigeant, qui rappelle que c’est l’avocat du groupe Partouche qui a porté la fronde des syndicats de casinos sur les inflexions récentes de la réglementation. Un antagonisme que le SCCJ pourrait chercher à lui faire payer.

“Un missile dernière génération”

“Cette interview nous a porté, et pas seulement localement, un préjudice énorme”, insiste-t-il, appuyé par son avocate. “Philippe Ménard vient avec toute son autorité asséner quelque chose de grave : le risque de fermeture administrative du casino”, développe Julia Minkowski, pour qui la bonne foi est exclue : “Compte tenu de son autorité, il se devait de veiller à conserver une base factuelle irréprochable”.

Le groupe Partouche et la société CCC, qui gère le 3.14, réclament chacune 10 000 euros de dommages et intérêts au commissaire Ménard, ainsi que la publication d’un communiqué judiciaire et la suppression de l’interview de France Bleu.

De son côté, la radio, par la voix de son avocate, s’interroge : “Pourquoi nous ? Notre sujet est une goutte de pluie dans la tempête médiatique que déplore Partouche, peut-être à raison”. La robe noire cite en exemple un article d’une radio concurrente, vraisemblablement diffamatoire selon elle, mais qui, lui, n’a pas été poursuivi. Elle demande naturellement la relaxe de ses clients.

Le conseil de Philippe Ménard a quant a lui une idée assez précise sur la question. “Pourquoi attaquer France Bleu ? Mais pour l’attaquer lui.” “La pratique des petits voyous qui attaquent pour violences les flics qui les ont arrêtés, on connaît bien, on a l’habitude. Mais qu’un des principaux groupes de casinos européens attaque le service de police chargé de sa tutelle, c’est une grande première”, s’exclame l’avocat, pour qui “cette affaire sent furieusement la pression”. “Ce que tente le groupe Partouche est très grave, estime-t-il, on a envoyé un missile dernière génération sur monsieur Ménard. On a voulu faire en sorte que le commissaire ne puisse pas rester en poste”, accuse le ténor, qui demande la relaxe de son client, assortie de 5000 euros d’indemnités pour procédure abusive. Une requête d’ailleurs appuyée par le ministère public.

Source

Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
email hidden; JavaScript is required