Prison ferme pour le père du terroriste des Champs-Elysées - Mi2 Avocats

Prison ferme pour le père du terroriste des Champs-Elysées

Prison ferme pour le père du terroriste des Champs-Elysées
4 janvier 2018 pierre

Le père de Karim Cheurfi, le terroriste qui avait tué un policier sur les Champs Elysées en avril, comparaissait ce jeudi pour avoir vanté l’action de son fils lors d’un contrôle de police à Gagny (Seine-Saint-Denis).

Salah Cheurfi, 66 ans, a été condamné à 18 mois de prison dont 12 avec sursis pour apologie du terrorisme, sans mandat de dépôt. Le père de Karim Cheurfi, l’homme qui avait tué un policier lors de l’attentat des Champs Elysées en avril, était jugé ce jeudi en comparution immédiate à Bobigny.

Mercredi à 5 heures du matin, il fait l’objet d’un banal contrôle routier à Gagny. L’état d’ébriété de Salah Cheurfi est tel qu’il ne parvient pas à souffler dans l’éthylotest. En revanche, il déverse un flot d’injures sur les fonctionnaires. « Mon fils a bien eu raison. Vous méritez tous de mourir », lâche-t-il. Dans un premier temps les policiers ne font pas le lien entre l’automobiliste ivre mort qu’ils viennent d’arrêter et l’auteur de l’attentat des Champs Elysées. Mais après la vérification des papiers d’identité, les propos de cet homme de 66 ans deviennent plus explicites. Le 20 avril dernier, Karim Cheurfi avait tué au fusil d’assaut le policier Xavier Jugelé, 37 ans. Le terroriste a été abattu.

Au tribunal, Salah Cheurfi est dérouté par cette accusation qui semble bien trop grande pour lui. « Je ne me reconnais pas dans ces paroles. Malgré tout je les ai bien prononcées. Les policiers disent la vérité », explique-t-il tout en se protégeant derrière une sérieuse addiction à l’alcool. « Vous ne pouvez pas tout mettre sur le dos de l’alcool, vous savez que c’est une circonstance aggravante », objecte le président.

L’anniversaire de son fils

Salah Cheurfi confie que trois jours avant son dérapage c’était l’anniversaire de son fils, né un 31 décembre. « A cette date tout a rebasculé. Je me suis révolté par rapport à mon fils. Je suis retourné par tout ça », poursuit-il. Le président a beau tenter de traquer les supposées sympathies radicales du prévenu. Il aura pour réponse de la part de Salah Cheurfi : « Mon fils, il a eu tout faux ». « Beaucoup plus qu’une apologie du terrorisme, c’est un mal-être qui ressort. Son fils a été tué de 13 balles. Il est légitime qu’il ressente une souffrance », plaide Me Florian François-Jacquemin, son avocat.

L’époux du policier dans la salle

Dans la salle, un homme écoute en silence. C’est Etienne Cardiles, l’époux du policier assassiné sur les Champs Elysées. Il s’est porté partie civile. Me de Sigy, son avocate, dira « l’effet dévastateur que ces propos ont eu sur le mari de Xavier Jugelé. C’est la deuxième fois que la mémoire du policier a été salie ». En effet, fin avril, quelques jours après l’attentat meurtrier, Salah Cheurfi avait déjà proféré des menaces similaires au commissariat de Noisy-le-Grand. Des faits qui seront jugés le 26 janvier.

Source

Share on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
email hidden; JavaScript is required